· 

Pourquoi gronder, crier et répéter n’améliore pas le comportement des enfants ?

J'ai dit : r-a-n-g-e-z vos jouets !

Il y a des jours où l’on peut être fatigués de répéter sans cesse les mêmes phrases...

Lave-toi les mains, dis merci à la dame, range tes affaires, ne saute pas sur le canapé, parle moins fort, dépêchez-vous, on va être en retard, va dormir dans ton lit, donne-moi la main, ne courez pas dans le magasin...

 

C’est normal, me direz-vous, ils sont petits. Il faut les guider dans cette vie…  mais l’on a quand même parfois l’impression de parler dans le vide, surtout quand on doit répéter 5 fois de suite une demande parce que la situation exige qu’ils obéissent. Ils finissent toujours par le faire, mais après la 4e ou la 5e fois seulement. Jamais avant.

 

Un parent énervé, frustré, désespéré peut même asséner des paroles cinglantes qui vont bien au delà de ses pensées. Une fois que nous sommes calmés nous culpabilisons et regrettons d’avoir perdu le contrôle de nous mêmes, mais nous ne savons pas comment faire pour arrêter de réagir de la sorte.

Et si la plupart du temps, nous sommes capable de retenir nos critiques vis à vis de notre enfant, nous utilisons parfois des étiquettes négatives en parlant d’eux.

« Léo bouge tout le temps », « C’est le roi des bêtises à la maison », « Regarde ta sœur comme elle est sage, elle ! ». Ces paroles peuvent être blessante pour l’enfant qui deviendra moins enclin à nous écouter et à se montrer coopératif.

Les critiques et les reproches au quotidien conduisent à fragiliser l’estime de soi de l’enfant.

 

Imaginez-vous un instant être l’enfant et votre parent vous gronde ou vous puni. Comment réagissez-vous ? Etes-vous enjoué d’obéir tout de suite ou plutôt inquiet, dépité, désespéré, voire furieux ? »

 

Pour beaucoup de parent il est acquis que tous les moments passés avec leurs enfants ou adolescents soient ponctués de nombreuses demandes sur les comportements à cesser. Ces rappels ne sont pas graves en soi mais ils peuvent devenir irritant s’ils se surajoutent et font disparaître la bonne humeur à la maison.

Voici une liste des comportements souvent jugés exaspérants par les parents :

 

·      L’enfant ne coopère pas et ne fait pas ce qu’on lui demande

·      Les règles ou les habitudes établies ne sont pas suivies

·      Les disputes entre frères et sœurs

·      Une tendance à la colère ou au refus lorsque les choses ne se déroulent pas comme l’enfant l’entend

·      L’absence apparente d’efforts : l’enfant abandonne rapidement les tâches difficiles ou ennuyantes pour lui

·      Le langage incorrect désapprouvé par les parents

·      Le désordre : l’enfant laisse traîner ses affaires et refuse de les ranger

·      L’impolitesse

·      Les difficultés concernant les devoirs : l’enfant se dépêche de les faire

·      Une faible capacité à jouer seul

·      Des demandes d’achats fréquentes (jeux, vêtements…)

·      Un bruit excessif : l’enfant parle trop fort, hurle en jouant

 

Voici maintenant quelques pistes de réflexions avant d’amorcer le changement :


1. Quand nous changeons ce que nous faisons, nos enfants aussi changent ce qu’ils font : les enfants nous imitent naturellement. Si nous crions, ils utiliseront vite le même mode de communication.

 

2. Si nous crions quelque chose d’une autre pièce, l’enfant interprétera vite que votre message n’est pas très important : vous ne vous êtes même pas déplacé pour le lui dire. L’enfant interprétera rapidement qu’il peut continuer de jouer, par exemple, au lieu de venir à table, de toute manière vous ne le voyez pas…

 

3. Le ton de la voix et la manière de dire les choses ont aussi leur importance : nos instructions peuvent parfois passer pour des propositions auprès des enfants. Il peut être amené à croire que nous lui laissons le choix si nous commençons nos phrases par : « Et si tu prenais ton bain ? » « Que dirais-tu de couper ton portable en faisant tes devoirs ? » Nous devons leur faire comprendre clairement, calmement mais aussi fermement ce que nous souhaitons : « Maintenant, il est l’heure pour toi de prendre ton bain » « Lorsque tu fais tes devoirs tu dois éteindre ton portable pour mieux resté concentré sur ton travail ».

 

4. Quand nous prenons l’habitude de répéter nos demandes, les enfants finissent par ne plus y prêter attention, attendant sans forcément en avoir conscience que nous répétions une énième fois. Il réagira seulement lorsqu’il entendra le ton ou le volume de la voix changer.  Selon  Noël Janis-Norton (1) : « Si nous sommes prêts à répéter la même demande 5 fois, nous nous apercevrons vite qu’il nous sera nécessaire de la répéter 5 fois ».

 

5. Si par le passé, nous n’avons pas eu la constance de nous assurer que l’enfant faisait bien ce qui lui était demandé, il peut supposer que cette fois-ci c’est la même chose. Il va attendre de voir ce qu’il va se passer et bénéficier d’un temps supplémentaire pour faire ce qu’il veut.

 

 

Vous pouvez à votre tour établir la liste des comportements qui vous irritent. Prendre conscience de ce que vous ne souhaitez plus permet une première amorce au changement.

 

 

(1) : Noël Janis-Norton :"J'élève mes enfants dans la bienveillance, même quand c'est difficile!" L'instant présent, Mars 2013

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0