Avec mon ado... c'est la crise !

 

Mon ado se transforme

 

Tous les adolescents vivent plus ou moins facilement les transformations physiques ou psychologiques. La croissance est rapide et il est nécessaire de s’approprier ce nouveau corps que l’on trouve parfois disgracieux.

On sait aujourd’hui que le développement du cerveau se termine en moyenne vers l’âge de 25 ans... alors patience !

La zone des lobes frontaux, siège de l’anticipation des comportements, de la planification de l’action de l’intégration des règles sociales et de la régulation de l’humeur, verra sa maturation se finir en dernier.

 

Si votre enfant manque de discernement, qu’il ne raisonne pas tout à fait comme vous alors qu’il vient juste de vous dépasser physiquement, ce n’est pas contre vous, mais à cause de son cerveau !

 

En grandissant, il a besoin d’autonomie et il souhaite être considéré comme un grand. Il va tenter, parfois maladroitement de remettre en cause l’autorité des adultes. Ce passage délicat est souvent nécessaire pour se détacher de ses parents, pour trouver ses propres valeurs et suivre son propre chemin. Et c’est la crise… mais contre toute attente, l’ado a aussi besoin de l’aide de ses parents.

 

Comment traverser cette tempête émotionnelle ?

 

Lorsque l’enfant était petit, le parent prenait du temps pour lui lire des histoires le soir, pour le câliner et le border avant de le coucher. Bien souvent, ces pratiques se sont estompées au fur et à mesure qu'il est devenu autonome : maintenant il sait lire les livres tout seul, il accepte moins le contact physique et il s'endort sans votre aide. Pour préserver une relation de confiance entre parents et adolescent, il est important de poursuivre se temps d’échange en l’adaptant à l’âge des enfants.

 

Oui… mais il ne veut plus communiquer, il n’a plus rien à dire à ses parents.

 

Reprendre une communication va demander un peu de temps et de patience mais c’est possible !

 

1.     Commencer par l’écouter, pourquoi râle-t-il ? S'oppose-t-il ? Que dit-il ? 

2.     Tenter d’analyser sa demande : « Finalement que veut-il vraiment ? Qu’est-ce qui ne va pas ? Que recherche-t-il ? »

3.     Puis lui dire : « J’ai l’impression que tu es fatigué ce matin, tu as du mal à te lever, peut-être aurais-tu aimé rester un peu plus au lit » « Tu me sembles énervé car je ne t’ai pas autorisé à sortir hier soir » « Tu es déçu par ta note en math, non ? ». Utiliser l'empathie permet à la colère de s'estomper, à la peine de s'exprimer...

4.     Lui exprimer votre ressenti « sans mettre de l’huile sur le feu », sans accuser ou trouver des excuses. Vous avez le droit de dire ce que vous attendez de lui sans l'accuser ni le menacer.

5.     Vous pouvez aussi rester près de lui en silence : le silence dit aussi beaucoup de choses.

6.     Prendre du temps pour lui : en vous déconnectant de vos différentes activités pour vous asseoir près de lui chaque jour vous permettez un moment de complicité, d'écoute et d'échanges. 

7.     Respecter aussi son point de vue en évitant tout jugement de valeur. Vous pouvez lui poser des questions, montrer de l’intérêt à son dernier jeu vidéo, écouter un morceau de rap avec lui, surfer sur internet pour regarder le prochain jean qu’il souhaiterait acheter. Vous n’êtes pas obligé d’aimer, de valider, d’approuver, mais vous avez au moins fait le premier pas pour entamer un échange. Vous découvrez aussi son univers.

8.     Stopper les critiques et les étiquettes qui lui collent à la peau : « Tom est fainéant, impossible de le lever avant midi le week-end » « Elisa ne pense plus qu’à son maquillage le matin, elle oublie complètement l’essentiel, avoir de bonnes notes pour réussir » « Tu es paresseux, râleur, pénible, fainéant, incapable de réfléchir… » Imaginez une seconde, qu’un collègue de travail dise cela de vous, que ressentiriez-vous ? Seriez-vous prêt à amorcer un quelconque changement pour vous améliorer ?

9.     Prendre du temps avec lui, lui proposer un moment juste entre vous deux. Une soirée au cinéma, un chocolat chaud en terrasse, une ballade en forêt, une heure de shopping … Des moments précieux pour renouer et retrouver de la complicité.

10. Lui montrer votre soutien, votre amour : par un geste, une main posée sur son épaule en signe de compréhension, un sourire, un compliment, un encouragement. Vous pouvez aussi le prendre dans vos bras s’il le souhaite après un échange émouvant, une demande de pardon, un moment de tristesse. Montrer votre amour même s’il vient de faire les mauvais choix, de faire une bêtise, de se montrer infernal… ne le réduisez pas à son acte ou à ses paroles. Rappelez ce que vous attendez de lui, tout en lui disant que c’est en se trompant que l’on apprend, et que vous serez toujours là pour lui. Ne faisons pas tous des erreurs ?

 

       N'hésitez pas à mettre votre témoignage, à partager vos astuces pour mieux communiquer avec votre ado.

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Audrey (lundi, 23 décembre 2019 12:11)

    Un article très complet pour nous aider à améliorer le quotidien. J'ai bien envie de tenter vos précieux conseils avec mes trois garçons ado... Merci