· 

Parent solo au quotidien

 

Comment s’organiser pour que le quotidien soit plus serein ? Pour faire passer les câlins et les éclats de rire avant les tâches ménagères ? Abusez de tous les bons plans que je vais vous partager et vous verrez qu’un parent solo a toutes les cartes en main pour faire vivre à ses enfants la plus belle des enfances !

 

Tous les parents courent après le temps… et vous aussi

 

En tant que chef de famille monoparentale vous n’avez pas le choix : vous ne pouvez compter que sur vous pour que tout fonctionne à la maison !

 

 

BONS PLANS POUR PARENT SOLO

 

1. Prenez le temps de réfléchir à vos attentes, que souhaitez-vous pour vos enfants, pour vous, pour votre maison ?

 

Définir clairement vos attentes est un préalable à votre nouvelle vie comme parent solo car elles déterminent vos objectifs.

En définissant vos attentes vous aurez le moyen de vous projeter.

 

Alors que souhaitez-vous pour vos enfants ? Prenez en compte ce qui est important pour vous.

Qu’ils soient plus autonomes ? Plus respectueux ? Qu’ils participent au rangement de leur chambre ? Qu’ils soient polis ?

Lorsque vous aurez des attentes claires, vos demandes seront plus précises et votre enfant saura ce qu’il doit faire et quand. Vous serez cohérent et constant en demandant à peu près la même chose à vos enfants quel que soit votre humeur, votre fatigue…

 

Vérifiez que vous respectez bien l’âge de votre enfant lorsque vous établissez vos nouvelles règles. Un enfant de trois ans n’a pas la même maturité qu’un enfant de 8 ans. Leur rythme biologique est différent, le jeune enfant a besoin de plus de temps pour se préparer ou terminer son repas.

Certaines règles semblent évidentes pour vous mais avez-vous pensé à les exprimer ? Assurez-vous que votre enfant les connaisse bien.

 

Partagez vos nouvelles règles avec toutes les personnes qui s’occupent de l’enfant (grands-parents, baby-sitter, amis).  La cohérence dans les consignes éducatives des adultes rassure l’enfant et limite les conduites d’opposition. Il va profiter de cette constance et cette sécurité de tous ceux qui le gardent.

Vous veillerez aussi à garder votre identité d’adulte et de chef de famille monoparentale. Vous donnerez ainsi à votre enfant, l’image d’un capitaine ferme et serein.

 

2. Organisez votre environnement : anticipez

 

Manquez de temps, gérer l’imprévu, c’est banal quand on est parent solo. Pensez à préparer des « kits de survie » : un sac prêt avec des changes, des goûters, des vêtements de rechange… si vous devez un matin déposer votre enfant malade chez sa grand-mère.

 

Planifiez vos activités au bon moment, choisissez votre moment préféré pour faire le repassage en écoutant votre musique préférée, anticipez les repas de la semaine le dimanche soir …


Les enfants n’aiment pas les imprévus. Veillez à bien les informer de la façon dont va se passer votre week-end et même à les prévenir sur le déroulement de la séparation du vendredi soir ou du dimanche soir.

 

Prenez soin de vous, lorsque vous vous sentez fatigué(e), agacé (e), stressé(e), faites de la gym relaxante, écoutez de la musique douce, et respirez profondément. Cinq minutes suffisent pour vous détendre et pour que toute la famille retrouve le sourire.

 

 

3. Faites participer vos enfants

 

Participer à la tenue de la maison, c’est important et gratifiant ! Un enfant peut prendre du plaisir à aider son papa ou sa maman et encore plus à être complimenté. Cela lui permet de comprendre que sa participation a de la valeur et que l’on a besoin de lui pour que la vie de famille se déroule harmonieusement.

 

Voici le témoignage d’Aurélie, maman de deux enfants de 5 et 7 ans :

 

- Avant je disais souvent à mes enfants « laisse, ça ira plus vite si c’est moi qui le fais » mais maintenant je leur fais confiance et je leur dis qu’ils sont capable d’essuyer la vaisselle en faisant preuve d’attention. Ils participent davantage et font de plus en plus preuve de délicatesse »

 

L’enfant apprécie qu’on lui confie des responsabilités en rapport avec son âge. Vous pouvez aussi lui laisser  choisir ses responsabilités, mais renouvelez vos suggestions car les petits se lassent vite : il peut préparer la table du petit déjeuner, puis quelques jours après ranger les courses dans le placard, ou vous aider à plier du linge propre… le choix est vaste.

 

A la maison, vous aurez toujours quelque chose à faire, mais vous n’y êtes contraint par personne. Faites le bon choix entre les tâches qui peuvent parfois attendre le lendemain et les moments de câlins ou de jeux que vous réclame votre enfant.

 

4. Prévoyez des routines par exemple : « le soir au moment du coucher »


« Avant je redoutais le moment du coucher…alors que je rangeais la cuisine, les enfants jouaient à se poursuivre en courant et hurlant dans toute la maison. Résultat, je me fâchais et le moment du coucher était gâché par des crises de larmes même pendant l’histoire du soir ».  Méline, maman de deux garçons de 7 et 9 ans.

 

Imaginez un nouveau rituel pour que cesse l’excitation du soir. Chaque enfant a droit à tour de rôle d’avoir un moment de qualité avec son parent. 15 minutes d’attention et de partage peuvent suffirent pour que l’enfant écoute davantage son parent.

 

« Juste après le repas, chaque enfant a droit à « son moment privilégié », nous choisissons ensemble une partie de mémo ou de domino, ou une histoire lue ensemble. L’autre enfant regarde les livres qu’il a empruntés à la bibliothèque en attendant son moment spécial avec moi. » Méline après deux séances de coaching parental.

 

Ce rituel que chaque enfant savoure va l’amener à se coucher sans excitation. Ces 15 minutes peuvent aussi être le moment d’échanges. Jouer au jeu « Rien qu’à nous deux » en coupant les téléphones et les écrans.

 

 

 5. Analysez les comportements, les réactions des enfants

 

Ce n’est pas facile pour un enfant de passer d’une maison à une autre le temps d’un week-end ou des vacances.

A vous de construire un pont affectif entre les deux maisons, en apportant à votre enfant une écoute attentive et bienveillante, des mots doux qui le soulageront parfois de son trop-plein d’émotions.

Pour cela, vous essayerez de deviner quel sentiment peut animer votre enfant. Imaginez les émotions derrière ses mots ou ses gestes. Lorsque vous observer votre enfant montrant de la résistance, de l’opposition, de la colère… vous tenterez de comprendre l’émotion qui l’anime. Est-ce de la tristesse, de l’incompréhension, du manque d’échange, de la peur de ne pas être aimé, de la culpabilité dans la séparation des parents ?

Vous tenterez de la formuler, lui dire ce que vous ressentez. 

Voici un petit exemple pour vous aider :

 

Si l’adolescent vous dit : « De toute façon, j’aime pas venir chez toi, c’est nul, je préfère rester chez maman ».

La première réaction du parent peut être de répondre : « Après tout ce que j’ai fait pour toi… ou je t’attends depuis 15 jours et c’est tout ce que tu trouves à me dire… » Mais vous pouvez aussi pratiquer l’écoute empathique et lui répondre : « J’ai l’impression que tu es déçu de ne pas pouvoir voir tes amis ce week-end, nous habitons trop loin de ton école et de la maison de ta maman ».

Vous verrez qu’en fonction de ce que dit le parent la réaction peut être très différente. Dans un cas, c’est l’escalade, dans l’autre c’est l’apaisement.

Il est important de se parler, de communiquer après la séparation afin que l’enfant ne se sente pas seul face à ses inquiétudes. 

Pratiquer l’écoute empathique  lui montre que son parent reconnaît les sentiments de tristesse, de frustration, de colère, de manque qu’il peut  ressentir.

Que votre idée, votre interprétation de ses émotions soit juste ou non, votre enfant verra que vous avez tenté de l’écouter ou de le comprendre.

 

Voici une TO DO LIST pour simplifier la vie d’un parent solo

 

-       La liste de vos attentes et de vos règles importantes que vous souhaitez que vos enfants respectent lorsqu’ils sont chez vous et qu’ils sont gardés par une baby-sitter, une voisine, les grands-parents. (Elle peut porter sur l’alimentation, le sommeil, les sorties, les devoirs, le temps d’écran…)

 

-       La liste des tâches ménagères à faire

Au quotidien

Tous les deux jours

Une fois par semaine

Une fois par mois

 

-       Le planning des activités, sorties, invitations de votre enfant. Prévoyez un calendrier spécial pour noter les dates où l’enfant change de maison, l’heure des retours, les jours où il fêtera Noël avec chacun de ses parents, son anniversaire, le carnaval…

 

-       La liste des repas : prévoir les menus, les courses…

 

-       La check-list des matins tranquilles : avec les tâches à faire la veille avec les enfants pour ne pas trop courir le matin (préparer les vêtements pour le lendemain matin, préparer le plateau petit déjeuner, vérifier que tout est dans le sac d’école ou la valise pour le week-end)

 

 

Etre parent unique, c’est voir ses journées passer à toute vitesse ; c’est assumer seul la pression du travail, de la famille ; c’est une accumulation de petites choses à faire parfois dans l’urgence. Mais vous pouvez faire le choix de profiter de votre liberté de parent solo pour organiser votre vie familiale à votre façon. Un style de vie où les câlins avec votre enfant auront toujours la priorité, où l’organisation, l’anticipation, l’entraide et la solidarité vous permettront de souffler.

 

Ne restez pas désemparés et seuls face à cette situation, n’hésitez pas à me contacter pour vous aider à mettre en place une vie de famille plus sereine et plus heureuse. Prenez la vie du bon côté !

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Julie B (vendredi, 03 novembre 2017 00:52)

    Bravo pour cet article, j'ai beaucoup apprécié les petites astuces pour se faciliter la vie au quotidien!